revenir à l'accueil

Distributeurs de préservatifs à 20 centimes

Dossier de synthèse documentaire, décembre 2014


Sommaire

Jeunes, VIH et préservatif

L’accès aux préservatifs pour les jeunes dans les lieux de formation

Dispositions réglementaires au sein de l’Education Nationale

Sociétés proposant des distributeurs de préservatifs à 20 centimes


Jeunes, VIH et préservatif

En France, l’âge médian au premier rapport sexuel est de 17,1 ans pour les hommes et de 17,7 ans pour les femmes [enquête Baromètre Santé 2010]. L’âge médian, c’est l’âge auquel la moitié des jeunes ont déjà eu leur premier rapport sexuel. Ce premier rapport va donc très majoritairement se situer pendant les années lycée ou CFA (15-18 ans). L’enquête montre également que les jeunes des filières professionnelles sont un peu plus précoces que ceux des filières d’enseignement général.

En 2010, 90% des 15-25 ans ont déclaré avoir utilisé un préservatif lors de leur premier rapport sexuel et 88% lors de leur premier rapport sexuel avec le nouveau partenaire qu’ils ont eu dans l’année.

Cependant, même si l’utilisation du préservatif est devenue une norme préventive pour les jeunes à l’entrée dans la sexualité et que l’outil jouit d’une image positive, la dernière enquête KABP montre une opposition entre l’opinion positive à l’égard du préservatif et l’appréciation de son efficacité. Depuis 1994, les jeunes sont de moins en moins nombreux à considérer le préservatif comme « tout à fait efficace pour se protéger du VIH ». En 2010, ils sont presque deux fois plus nombreux (24,6% en 2010, contre 13,8% en 1994) à penser que la transmission du virus est possible lors de rapports sexuels avec préservatif.

Si les jeunes sont majoritairement bien informés sur le sida, leur perception de sa dangerosité a considérablement diminué ces dernières années et les enquêtes montrent un relâchement des comportements et attitudes de prévention, accompagné de prises de risques lors de rapports sexuels.

En France, les moins de 30 ans représentent 26,3% des découvertes de séropositivité au VIH en 2013. Depuis 2009, les contaminations dans cette tranche d’âge sont en constante augmentation. On note également depuis quelques années une augmentation marquée du nombre de découvertes de séropositivité dans la population homosexuelle qui s’avère particulièrement inquiétante chez les plus jeunes : le nombre de diagnostics de séropositivité chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) de 15-24 ans a été multiplié par 2,5 de 2003 à 2011. Cette tendance est également observée en région PACA, où les relations sexuelles entre hommes constituent le mode de contamination largement majoritaire.

En 2013, les moins de 30 ans représentent 27,8% des découvertes de séropositivité dans la région PACA : 26,6% dans les Alpes-Maritimes et 28,9% dans les Bouches-du-Rhône. Il s’agit d’hommes dans 8 cas sur 10. La région PACA est toujours touchée par une épidémie de sida qui reste très active, avec depuis 2008 une augmentation constante des nouvelles contaminations.

Il est donc nécessaire de continuer à mettre en place des actions de prévention en direction des jeunes afin de favoriser une gestion adaptée, responsable et au long cours de leur vie affective et sexuelle.

L’accès aux préservatifs pour les jeunes dans les lieux de formation

La vie lycéenne et la formation à l’apprentissage constituent une période de changement essentiel du point de vue de la santé. En effet, c’est à la fin de l’adolescence que se construisent les représentations liées à la sexualité et cette période est propice à l’acquisition de comportements de prévention. Il s’agit de donner aux jeunes les moyens de faire des choix éclairés dans les situations qu’ils rencontreront au cours de leur vie affective et sexuelle.

Trouver le préservatif dans un maximum d’endroits, des endroits de la vie quotidienne, c’est l’assurance de voir son usage devenir un réflexe. C’est vers les jeunes que doivent tout particulièrement se tourner les efforts afin que le réflexe préservatif s’acquière dès le début de la sexualité.

En 1992, le gouvernement avait lancé l’opération « préservatif à 1 franc ». C’est de cette idée que les pouvoirs publics sont repartis pour proposer le préservatif à 20 centimes d’euro et le rendre facilement accessible à tous dans un cadre de diffusion pérenne. En 2006, le Président de la République et le gouvernement se sont engagés pour que le préservatif à 20 centimes soit présent dans tous les lieux de formation insistant sur l’importance du renforcement de l’accès des jeunes aux préservatifs.

Les lieux de formation sont des espaces de vie particulièrement adaptés pour s’inscrire dans une démarche de santé publique à travers l’installation de distributeurs automatiques de préservatifs. Les distributeurs de préservatifs à 1€ les 5 proposent un prix bas à la portée des jeunes.

Dans l’évaluation du programme d’interventions de prévention et d’éducation à la vie affective et sexuelle réalisée par le CRIPS PACA auprès des jeunes, en 2013, les jeunes déclarent à 87% qu’il est important pour eux d’avoir accès à des préservatifs gratuits et/ou à tarif jeune dans leur établissement.

Cette proportion est identique entre lycéens et apprentis, mais il est par contre intéressant de noter que les filles sont particulièrement demandeuses (94%, contre 83% des garçons).

Si globalement les jeunes identifient bien les circuits de diffusion des préservatifs, la démarche, elle, surtout si elle implique de solliciter un tiers, représente une difficulté pour certains d’entre eux, notamment les filles. Interrogés sur la manière dont ils perçoivent le fait de chercher à se procurer des préservatifs, les jeunes répondent que c’est :

Si 57% des répondants considèrent que se procurer des préservatifs est facile, ils sont 42% à qualifier cet acte de gênant. Chez les filles, ce taux est clairement plus important (56%, contre 34% chez les garçons), et elles sont également plus nombreuses (9%) à estimer cette démarche compliquée. En définitive, seul un quart des jeunes considère que cet acte est banal.

L’installation d’un distributeur répond donc à un besoin d’autonomie et de discrétion des jeunes et vient s’inscrire en complémentarité de la mise à disposition gratuite de préservatifs.

Les établissements scolaires ou de formation ont un rôle prépondérant à jouer dans le fait de faciliter l’accès des jeunes aux moyens de protection afin de leur permettre de gérer en toute autonomie leur prévention.

Dispositions réglementaires au sein de l’Education Nationale

L’Education Nationale s’est engagée à renforcer l’accès des élèves aux moyens de protection à travers la circulaire « Installation des distributeurs automatiques de préservatifs dans les lycées d’enseignement général et technologique et les lycées professionnels » adressée aux recteurs d’Académie à l’occasion du 1er décembre 2006. Outre son devoir constant d’information, de prévention et d’éducation auprès des élèves, l’École doit aussi faciliter l’accès des lycéens aux moyens de protection. Cependant, tous les établissements ne se sont pas d’emblée mobilisés, certains proposant déjà un accès aux préservatifs par distributeur automatique (à un prix plus élevé) ou gratuitement à l’infirmerie scolaire.

Une nouvelle circulaire 2007-172 du 15 novembre 2007 du Ministère de l’Education nationale est venue compléter le dispositif initial demandant l’installation de 2 distributeurs de préservatifs à 20 centimes dans chaque établissement.
En 2010, la circulaire 2010-213 du 12 novembre rappelle que « la maintenance et l’approvisionnement des distributeurs de préservatifs, généralisés dans tous les lycées en 2008-2009, doivent être assurés ». Elle stipule également qu’il « est particulièrement important de veiller à choisir, en lien avec le conseil des délégués pour la vie lycéenne, les emplacements les plus adaptés » et que « parallèlement, la mise à disposition de préservatifs dans les infirmeries sera poursuivie »
En 2012, la circulaire 2012-180 stipule que « la maintenance et l’approvisionnement des distributeurs automatiques de préservatifs, dont sont aujourd’hui équipés tous les lycées, doivent être assurés et la mise à disposition de préservatifs dans les infirmeries poursuivie »

Sociétés proposant des distributeurs de préservatifs à 20 centimes


Liste non exhaustive - Prix pouvant être sujets à modification - Données novembre 2014

Pour information :
- TVA sur les distributeurs : 20% - TVA sur les préservatifs : 5,5%

NOTE :

Certaines sociétés vendent des distributeurs proposant des préservatifs à l’unité avec un monnayeur à 20 centimes.

Cette modalité est à éviter pour plusieurs raisons :
- les jeunes ont rarement plusieurs pièces de 20 centimes sur eux
- acheter plusieurs préservatifs permet de pouvoir s’entraîner (ce qui peut aider à rendre sa pose plus facile le moment venu) et d’en avoir d’avance notamment en cas d’erreur ou de problème lors de leur utilisation et/ou conservation

Laboratoires Demapharm
Adresse : 2 rue de l’industrie
BP 65
03500 SAINT POURCAIN SUR SIOULE
Tel. : 04 70 45 43 43
Fax : 04 70 45 41 61
E-mail : laboratoires@demapharm.com
Site : www.demapharm.com
Contact : M. MALLET
Coût du distributeur automatique :490 € HT (pas de frais d’acheminement) livré avec 48 boîtes de 5 préservatifs
Monnayeur à 1 € pour 5 préservatifs
Achat des préservatifs : 0,94 € HT la boîte de 5 préservatifs
Installation et maintenance à la charge de l’établissement, en cas de problème assistance technique par téléphone voire réparation ou remplacement de la pièce défectueuse

PHICOGIS Europe
Adresse : 15b rue de l’industrie
67400 ILLKIRCH
Tel. : 03 88 36 40 03
E-mail : phisel@phicogiseurope.fr
Contact : M. WERNETTE
Coût du distributeur automatique : 490 € HT modèle intérieur et 560 € HT modèle extérieur + 12,50 € HT de frais d’acheminement
Monnayeur à 1 € pour 5 ou 6 préservatifs
Achat des préservatifs : 0,80 € HT la boîte de 5 préservatifs - 0,850 € HT la boîte de 6 préservatifs (commande minimum de 100 boîtes)
Installation et maintenance à la charge de l’établissement, en cas de problème assistance technique par téléphone voire réparation ou remplacement de la pièce défectueuse

POLIDIS
Adresse : 38-40 rue Victorien Sardou
92500 RUEIL MALMAISON
Tel. : 01 47 51 28 00
Fax : 01 47 52 19 33
E-mail : info@polidis.fr
Site : www.polidis.fr
Contact : Mme ESCRIVA (nj@polidis.fr)
Coût du distributeur automatique : 375,36 € HT (pas de frais d’acheminement)
Monnayeur à 1 € pour 6 préservatifs
Achat des préservatifs : 0,99€ la boîte de 6 préservatifs (commande minimum de 144 boîtes pour 134,07 € HT)
Installation et maintenance à la charge de l’établissement, en cas de problème assistance technique par téléphone voire réparation ou remplacement de la pièce défectueuse

TERPAN
Adresse : ZA de la Croix St Mathieu
14 rue du clos
28320 GALLARDON
Tel. : 02 37 32 64 94
Fax : 02 37 83 44 27
Site : www.terpan.fr
Contact : Mme ZEGMOUT (adv@terpan.fr)
Coût du distributeur automatique : 492,80 € HT modèle intérieur et 571 € HT modèle extérieur + 35 € de frais d’acheminement
Monnayeur à 1 € pour 5 préservatifs
Achat des préservatifs : 0,92 € HT la boîte de 5 préservatifs (commande minimum de 192 boîtes)
Installation et maintenance à la charge de l’établissement, en cas de problème assistance technique par téléphone voire réparation ou remplacement de la pièce défectueuse